• La fée Morgane, reine d'Avalon, l'île aux pommes de l'autre monde, porte une branche de pommier, symbole celtique de la paix et de l'abondance. Habile sorcière, elle joue souvent un rôle obscur, s'opposant à Arthur et manipulant les héros. Plus symboliquement, elle est une déesse hivernale des ténèbres et de la mort, par opposition à Arthur, seigneur de l'été. Elle révèle l'aspect rédempteur de son personnage lorsqu'elle se fait la reine guérisseuse d'Avalon, gardant le corps d'Arthur dans la mort.

    Sœur du roi Arthur, elle devient sa maîtresse lors du rite de l'ancienne religion païenne : Beltane. Ce rite de l'ancienne religion, dont le culte était voué à la Déesse-mère (représentée par la lune), consistait à réunir la Déesse Mère et le dieu Cornu par le biais de 2 jeunes gens représentant chacun la divinité. Le fruit de cette union sera Mordred.

    Morgane deviendra prêtresse de cette religion païenne, plus ancienne que la chrétienté, dont la base est situé sur l'ile d'Avalon. Les prêtresses de la Déesse portent souvent des croissants de lune tatoués sur la peau sur le front ou sur les mains.

    Morgane est guérisseuse et magicienne, fidèle au monde merveilleux d'Avalon qu'elle abandonnera un temps pour tenter de répandre ses principes dans le monde réel qui découvre le Christ et ses lois, cette nouvelle religion où la déesse Mère est remplacée par une vierge et où tous les rites célébrants la nature et la fécondité sont écrasés et remplacés par des rites chrétiens rendant gloires à des principes masculins.

    Morgane tentera de lutter contre l'oubli que l'on veut imposer à sa culture et à la tolérance qui la caractérise.

    votre commentaire

  • Quand la nuit est tombée, ne tardez pas au lavoir... de peur d'y rencontrer les lavandières de la nuit.

    Ce sont des fantômes qui sont connus dans toute la Bretagne.
    Issues de femmes défuntes, mortes le plus souvent de mort violente, en couche, assassinées ou suicidées et n'ayant achevées leurs tâches sur terre, elles reviennent la nuit pour y effectuer leurs tâches quotidiennes.
    Si au détour d'un chemin, sur les bords d'un ruisseau, d'une rivière ou aux abords d'un lavoir, vous les entendez battre le linge, tournez les talons et filez aussi vite que vos jambes le peuvent. Si par malheur une d'elle vous adressais la parole, ne lui répondez pas, n'acceptez son aide sous aucun prétexte. Si d'aventure vous vous avisiez de lui répondre, elle ne manquerait pas de vous demander de l'aider à essorer un de ses draps. S'en suivrais alors une fascination, comme un état hypnotique et le drap tordu, les plis s'étendraient à vos bras et ensuite votre corps, qui finirais en bien piteux état. Pris dans un tel mouvement, la seule façon connues de se défaire du fantôme est de détordre le linge au fur et a mesure que le spectre l'enroule.
    On dit, que ces lavandières d'un genre particulier on une apparence de vielle femme, mais que leurs tailles est bien plus grande que celle d'un grand gaillard. Elles traversent les étendues d'eau comme les étendues de joncs ou de ronces. Pour les faire disparaître il faut gagner rapidement une étendue de terre fraîchement labourée car elle s'y enfonce et s'évaporent.

    Source texte: http://www.la-crypte.com
    Photo: Peinture de Yan' Dargent, "Les lavandières de la nuit", vers 1861, Musée des Beaux-Arts, Quimper.

    1 commentaire

  • La Pointe du Raz est l'extremité ouest de la Bretagne, dans le Finistére. C'est aussi l'une des plus belles côtes bretonne. La mer y est biensur déchaîné, y voir les vagues se jetter contre la roche est impressionnant! Un magnifique paysage que j'ai déjà eut l'occasion d'admirer plusieurs fois étant donné que mes grands-parents maternel habitait tout prés!

    1 commentaire

  • Voilà le symbole de la Bretagne. C'est l'hermine. Le logo est déssiné d'aprés le mamifére. En le mettant à plat sur le dos les menbres écartés, on devine la tête et les deux pieds avant en haut du symbole et les deux pieds arriére et la queue en bas de celui-ci.

    votre commentaire

  • Cette belle petite bête à poils, de la famille des putois et des furêts est devenu le symbole de la Bretagne. L'hermine bretonne se différencie des autres hermines par une queue au bout noire.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique